Chaque histoire  est singulière. Pas tant dans l’enchaînement des faits, évènements, qui établissent leur chronologie, écrivent la biographie des uns et des autres. Là, beaucoup d’histoires finalement,  se ressemblent.

Ce qui est singulier réside dans les oublis, les absences et les rêves ; de ce qui un jour, échappe à la conscience : ça affleurait, puis ça disparaît. Ce qui est singulier est l’addition des empêchements, des désirs, des symptômes, des impasses que dessine l’inconscient. On s’en accommode seul, chaque fois que cela est possible.

Pour beaucoup, il faudra se parer d’illusions. Pour d’autres, recourir à des substances. Mais dans des moments d’impasse, où l’anxiété perdure face au symptôme, l’appel à un « psy » marque l’insistance à en savoir quelque chose.

Ce site propose quelques points de repère, sur une approche psychanalytique face à ces questions.